LA FUTURE SOCIETE DE LA ME/CONNAISSANCE !!

Publié le par RS21

Dans le journal gratuit "20 minutes" du 16 avril, figure une interview de Nicolas Sarkozy.

Entre autres sujets, il y parle de l'université et prend pour exemple de filière inutile, et qui ne devrait plus être prise en charge par les fonds publics, l'enseignement de la "littérature ancienne":
"Le contribuable n'a pas forcément à payer vos études de littérature ancienne si au bout il y a 1 000 étudiants pour deux postes. L'Etat financera davantage de places dans les filières qui proposent des emplois que dans des filières où on a 5 000 étudiants pour 250 emplois. Les universités auront davantage d'argent pour créer des filières dans l'informatique, dans les mathématiques, dans les sciences économiques. Le plaisir de la connaissance est formidable, mais l'Etat doit se préoccuper d'abord de la réussite professionnelle des jeunes."

Sans aucun doute Monsieur Sarkozy  a oublié de dire que lui et ses amis sont au gouvernement depuis longtemps déjà et que  ils ont oublié pendant tout ce temps de faire de l’université une priorité budgétaire. L’université accueille 67% des étudiants, mais le budget par étudiant y est inférieur à celui d’un lycéen, près de trois fois plus faible que celui d’un étudiant suisse ou américain (et c'est lui qui le dit !!). Il a aussi oublié de dire que l’accès aux bourses et au logement est de plus en plus difficile.
Cerise sur le gâteau ! Il souhaite favoriser les filières à débouchés rentables et immédiats pour les bassins d’emplois et défavoriser évidemment  les filières conduisant à des parcours de chercheurs, de créateurs, d'écrivains ....bref, celles des sciences humaines et sociales et de la recherche scientifique fondamentale .
Ses envolées lyriques sur la recherche, l’excellence française et la « société de la connaissance » ne peuvent manifestement pas être prises au sérieux !
Cette déclaration méprise totalement   l'héritage culturel français, fondateur de notre identité, et elle menace gravement  les fondements même de notre démocratie !

Publié dans PRESIDENTIELLES 2007

Commenter cet article

j'suis trop con 10/07/2007 17:13

Bridgetoun disait "Thomas s'il s'agit de ne pas opposer une forme de savoir à une autre, nous ne pouvons qu'être d'accord."Je préciserai (si elle me le permets) que tout dépends ce que au final on preferre . Un raisonnement de base pousse au choix: culture de la culture (dicersifiée, tolérante, accptant l'art de la paresse, mère de tous les vices chez certains, de toutes les vertues chez d'autres)/ ou alors culture de la rentabilité, on verra après pour les plaisirs. La paix totale vous voulez (soit la voie du milieu spa)... Non, vraiment?

Yvette 29/04/2007 20:43

Thomas,  entendons nous bien... ce qui me choque c'est que ce soit ta réponse au billet de Christine. Je pense qu'il faut cesser de dévaloriser l'enseignement professionnel. Je sais tout ce qui va mal. Plusieurs fois récemment, j'ai entendu que la philosophie, l'histoire, les lettres ne servent à rien (j'ai cru revenir à mon enfance où on disait que ceux qui lisent sont des feignants, le faire, beaucoup à d'abord était pour moi un acte de résistance), en plus l'extrême richesse attribuée au filières littéraires me semble telle que je ne vois vraiment pas en quoi en restreindre considérablement le financement enrichira beaucoup les filières rentables. En plus j'ai essayé de me demander pourquoi malgré les faibles débouchés elles restent aussi attirantes.  Si tu veux bien ce débat là je le reprends dans une semaine pour moi l'urgence c'est battre Sarkozy.

brigetoun ou brigitte celerier 29/04/2007 19:54

sur les heures de culture musicale ou autre à l'école et dans la suite du cursus peut-on rappeler que Jack Lang (ne criez pas) avait  commencé à mettre cela en place, que sur le papier c'est toujours valable je crois, sauf l'incitation et les crédits.
Tu vois Robien chercher à rendre les enfants capables de jugement ?

brigetoun ou brigitte celerier 29/04/2007 19:50

Thomas s'il s'agit de ne pas opposer une forme de savoir à une autre, nous ne pouvons qu'être d'accord.

Thomas Rudolf 29/04/2007 17:58

C'est un tout.
 
En France il n'y a plus de cours d'expression artistique en lycée, sauf pour quelques bénévoles ou pour la filière A3 (environ une mini-classe par lycée).

En Allemagne, que ce soit dans la filière du bac ou que ce soit dans toutes les autres, les bambins ont 3 heures d'expression artistique et musicale.

 
 
De Jospin avec son bac-à-80% à tous les autres, l'EN massacre les gamins. Les "moins-bons" restent moins bons, le "moyens" ne progressent pas et la petite poignée de "meilleurs" travaille au rabais. La spécialisation "pré-bac" et la formation culturelle sont défaillantes en France. Quasiment tout le monde a le bac et les études post-bac mènent de 40 à 80% à l'échec. Et là nous sommes dans le gâchis de nos générations montantes.
 
Le prochain ministre devra tout réformer. Car ce qui n'a pas été fait par un orientation correcte et ciblée, a failli se faire par le karcher du CPE, c'est-à-dire trier en fin de chaîne de la formation. Là on n'entend pas MSR, hormis avec sa carte-scolaire. Je sais aussi qu'il y a un mois tous les proviseurs ont fait grève en montant un dimanche à Paris. Ils ont été reçus par le ministre et ils ont présenté les dégâts qui sont irréversibles pour énormément de gamins, car il faut être extrêmement courageux, une fois adulte et embauché et marié et parent de tenter une formation continue diplômante.
 
Je trouve qu'il ne faut vraiment pas polémiquer dans ce domaine. Quand cette génération d'abusés se réveillera, vous serez les premiers à vous planquer et à dire "mais-on-ne-savait-pas"