PAYER MOINS LES DEPUTES ABSENTS

Publié le par RS21

339859-419432.jpg



A croire que Guy CARCASSONNE (PS), membre du comité de réflexion sur la réforme des institutions « nommé »  par SARKOZY,  a ni plus ni moins, « pillé » les idées de Rénova(c)tion Socialiste en proposant une sanction à l’encontre des députés absents.

Il suggère donc, à l’instar de Rénova(c)tion Socialiste, d'imposer des retenues sur salaires significatives, aux députés qui ne seraient pas présents en session parlementaire au moins deux jours par semaine. En effet, la seule  manière  efficace et percutante pour mettre fin aux absences répétées des députés, c’est de leur couper les vivres. Une telle sanction existe déjà dans le règlement de l'Assemblée nationale depuis quarante-huit ans mais elle n'a  jamais été appliquée.

C’est tout de même la  moindre des choses, qu’un mandat du peuple, doive être exercer assidûment !!

Pour se faire peur ! il suffit de consulter le Journal Officiel des débats de l’Assemblée pour constater à quel point l’hémicycle est souvent très dégarni !

Le parlement français est parfois indigne d'une démocratie moderne au travers, notamment, de l'absentéisme de ses députés. Ceci-dit en passant, ne nous privons pas de condamner les passages en force du style 49-3, qui sont en réalité des bras d'honneur du gouvernement aux députés élus du peuple.
Un prétexte pour leur faire dire que le fait de siéger ou non ,au fond, ne change pas grand chose. Autre prétexte entendu : « je suis dans ma circonscription et n’ai pas le don d’ubiquité » ! Ce à quoi Rénova(c)tion Socialiste répond : Non au cumul des mandats !

Le problème perdure depuis longtemps et pour s’en convaincre,  cette réflexion de MALRAUX,  alors Ministre des Affaires culturelles, le 22 novembre 1963, alors qu'il n'y a plus que trois députés dans l'hémicycle, il s'emporte, il proteste et dit  :

« Il faut qu'on sache, à la lecture du Journal officiel, que nous tous, ici, ne parlons pour personne »

Publié dans RENOVATION SOCIALISTE

Commenter cet article

yvette 25/07/2007 10:33

Déjà si la présence au vote était obligatoire... Fô y aller doucement quand même... et si ils se mettent  à réclamer les 35 h, le paiement des heures sup et la durée de la journée (faudra aussi définir les obligations de service...) Je rigole... quoique..

Emmanuel Chaumery 25/07/2007 07:28

Pour ceusse qui se défausse sur leur circonscription, leur rappeler qu'ils sont élus nationaux, pas locaux! Leur circonscription n'est qu'un outil de répartition des votes, pas une zone d'administrés comme une ville!

CFO 24/07/2007 21:54

Au risque d’apparaître comme un peu rabat-joie (...), et sans pour autant dédaigner le type de réforme qu’il propose là, il me semble que Guy Carcassonne fera malheureusement partie des ardents défenseurs de la Vème au sein de la comité de réflexion, tout adhérent PS qu’il semble être…
Pour l’avoir entendu balayer d’un revers de main dédaigneux l’hypothèse de la remise en cause des pouvoirs du Président de la république, notre « monarque républicain », au cours de sa plus récente participation à une matinale de Fr. Cult. (1), il n’y a guère d’illusion à se faire de ce côté-là.
Restera Olivier Duhamel, dont les convictions sur ce point semblent avoir assez largement évolué au cours de ces dernières années, et qu’il ne sera pas forcément inutile de suivre (voire de soutenir), s’il persiste à considérer, comme il le faisait encore il y a quelques mois (2), que l’élection du Président au suffrage universel était l’une des causes principales du délitement complet de nos institutions.
(1) http://minilien.fr/a0kgyc
(2) Entendu, toujours sur Fr. Cult., au cours de l’été dernier, en pleine affaire Clearstream…

Anna 24/07/2007 14:56

Christine Lagarde, ministre de l'économie, a déclaré le 10 juillet 2007 à la tribune de l'Assemblée nationale : "il faut en finir avec les théorisations idéologiques, cesser de penser". "Cesser de penser" : la ministre de l'économie a visiblement commencé à s'appliquer ce principe pour elle-même...

fmds21 24/07/2007 13:34

« Il faut qu'on sache, à la lecture du Journal officiel, que nous tous, ici, ne parlons pour personne » Je ne sais pas si Malraux a raison, mais en tout cas ils ne parlent pas pour le peuple, pour les salariés, pour ceux qui peinent. Le peuple dans leur vocabulaire c'est pour le folklore. Alain