OU LE PS SE TIRE UNE BALLE DANS LE PIED OU IL SE MET LE DOIGT DANS L’ŒIL !

Publié le par RS21

urne.jpg

Mélenchon a bien raison
de se poser la question de savoir si  le PS se tire une balle dans le pied ou s'il se met le doigt dans l’œil ! (Il ajoute d’ailleurs qu’il ne se rendra même pas aux Universités de La Rochelle qui n’est qu’une « cérémonie mondaine. »)

En effet, au moment où tous les courants du PS, sans exception ou presque, organisent leurs petites universités, barnums de fin d’été, chacun la sienne !! (c’est à celle ou celui qui fera la rentrée politique le(a)premier(e) ! François REBSAMEN se déclare , après Manuel VALLS (« Le PS peut faire un "bout de chemin" avec la majorité »), "favorable" à des alliances avec le MoDem pour les élections municipales de mars 2008. Concrètement, il  envisage "un désistement au second tour pour celui qui arrive en tête". Décidément un vrai suicide entre amis avec des mots qui comptent trouble !!!

On peut à peine y croire ! ……….A pleurer….

Ce choix  apparaît manifestement comme une stratégie tactique de pure opportunisme pour coller avec la réalité électorale. Les comptes d’apothicaire pour arriver à une supposée majorité ne remplaceront jamais un programme clair avec des réponses crédibles à la baisse du pouvoir d’achat, à la question du chômage de masse, aux problèmes de logement etc...

Bâtir une force centriste dont le PS serait le pivot équivaudrait à créer un nouveau parti qui n’aurait plus de socialiste que le nom, englobant les radicaux de gauche, la tendance libérale-libertaire des Verts de Cohn-Bendit et le Mouvement démocrate de Bayrou.

La recherche d’alliance avec le centre droit semble des plus risquées pour ne pas dire plus. Le PS l’a d’ailleurs expérimenté à ses dépens avec le médiocre report des voix bayrouistes en faveur de Ségolène ROYAL à la présidentielle ce qui montre bien l’incompatibilité évidente entre l’électorat socialiste et le centre droit.

Avec cette tentation centriste exprimée, nous courons tout droit vers  une véritable scission de la gauche du parti, poussée vers la sortie par tous ces centristes électoralistes, gauche qui devra recréer un parti authentiquement socialiste. Fini le prêt à penser social-libéral, fini l’acceptation globale de la mondialisation, fini le mépris des services publics etc…. bref un vrai parti de militants en rupture avec les écuries électoralistes hégémoniques ! Réhabiliter le clivage droite-gauche, c’est le seul espoir pour l’élection de 2012.

Ce parti socialiste ne parle que de rénovation par les voix de Valls, Montebourg, Gorce…. Mais que proposent-ils donc ? Rien, si ce n’est le vide sidéral. Ils parlent de « socialisme du réel » mais la réalité ne prend pas le même sens pour tous !! Ces jeunes lions promettent de faire mieux que leurs aînés, ils s’affranchissent de leurs « pères » et de leur mère d’ailleurs !! Ils rivalisent de présence médiatique pour s’imposer sur les autres, ils reproduisent les mêmes erreurs : donner toujours plus de place au people et trop négliger le fond politique.

 
L’avenir n’est vraiment pas rose !!!

Publié dans RENOVATION SOCIALISTE

Commenter cet article

fmds21 25/08/2007 08:20

Christine le socialisme du réel c'est le libéralisme. Les plus représentatifs, les plus convaincus ont déjà rejoint  Sarkozy. Maintenant il faut prévoir l’alternance pour défendre le système. Il ne faut pas s’étonner que des gens qui n’ont qu’une ambition personnelle usurpent le terme pour atteindre le pouvoir. Alain 

Thomas Rudolf 24/08/2007 23:06

tient! un globule blanc est passé après moi!il veut bouffer du rouge comme on fait du paki-shake à Londre.

Albert 24/08/2007 22:38

Depuis le OUI officiel du PS à une constitution européenne libérale le 29 mai 2005 et le choix logique d’un candidat du OUI à l’election présidentielle 2007, les choses sont relativement claires : la création d’un nouveau parti socialiste réformiste, au vrai sens du terme, est la seule issue possible.   Toute la question est de savoir avec qui?   - Les troupes d’un PC qui se saborderait? - La minorité des verts ou ce qu’il en reste? - Les trokistes raisonnables de la LCR? - Les alternatifs si ce nom a encore un sens? - Les maigres troupes du MRC?  - Et surtout les socialistes qui voudront bien abandonner leurs mandats électifs actuels et cesser de tergiverser, n’est-ce pas M. Melenchon et Dolez ?   L’absence de proportionnelle aujourd’hui risque d’être un frein insurmontable pour les socialistes et les communistes qui voudraient se lancer dans cette aventure…   Albert

Thomas Rudolf 24/08/2007 22:30

Le problème est qu'il n'y a plus de capitalisme, parce que le prolo l'a intégré dans son ventre.Excuse, Michel, le prolo existe tout autant que le capitalisme n'est pas mort.Le capitalisme est diffusé et le prolo s'y dilue telle une infusion.Le second problème est que 1] l'on nous fait croire qu'il n'existe plus de langage pour décrire la condition prolétaire2] c'est rétro-réac de croire qu'il 'y a encore une lutte des classes, lutte du capital, lutte des prolos3] que c'est démodé de croire qu'il existe un clivage D/G4] que depuis 1989 on a fait l'autodafé de quelques pages sensibles des dictionnairesC'est tout.

les marques 24/08/2007 14:06

personne est jamais "inutile" ... personne ...et je pense que tu as raison de souhaiter "des gens de talent" capables de (re) construire une vision du monde dont la complexité serait démystifiée ...