MONTEBOURG EN DESIR DE SON AVENIR !!!

Publié le par RS21

montebourg-cumul.jpg

 



Lettre aux citoyennes et citoyens de la Bresse, du Tournugeois et de la vallée de la Saône
 
Mes Cher(e)s Concitoyen(ne)s,
 
Après plusieurs semaines de vives consultations sur la question de mon engagement aux élections cantonales, le moment de la décision est venu. Nombreux à participer au débat, vos réactions ont été
équilibrées, les habitants du département exprimant une préférence massive pour l’engagement dans la campagne, les citoyens des autres régions de France défendant le maintien de la pratique du mandat unique. De sorte qu’une majorité s’est dessinée en défaveur de ma candidature aux élections
cantonales de mars 2008. C’est donc une décision impopulaire, comme il est parfois nécessaire
d’affronter dans la vie publique, que j’ai décidée de prendre en me présentant devant les 2971 électeurs du canton où j’habite, à Montret, dans notre Bresse de Saône-et-Loire.
Je voudrais dire à ceux qui m’ont conseillé de n’en rien faire qu’il s’agit de ma part d’un choix lié à la situation du pays, aux graves bouleversements qui se préparent, et à la nécessité de préparer une nouvelle gauche, capable de démontrer sa crédibilité à exercer les responsabilités à la tête du pays.
Sur le plan national, la marche vers la concentration absolutiste des pouvoirs a débuté. Les pouvoirs d’Etat, les puissances économiques et les moyens médiatiques organisent ensemble la domination sarkozyste, à l’encontre de tous les principes démocratiques. La gauche est menacée de disparition, sauf sur les territoires où elle dispose de larges forces majoritaires. L’organisation d’une opposition nouvelle, à la fois résistante et constructive, nécessite que nous concentrions à notre tour nos forces territoriales, pour leur donner du poids, en les déployant à l’échelle nationale. Voilà pourquoi les leaders de la gauche doivent s’intéresser aux départements et régions : Pour tenir tête au pouvoir ; pour relier les actions locales au travail national et donner une force démonstrative aux choix politiques qu’ils imagineront sur leurs territoires, comme Ségolène Royal avait su le faire en Poitou-Charentes.
Cette candidature est d’abord un acte de résistance à la montée de l’absolutisme sarkozyste.
Elle est aussi une forme de préparation à la grande alternance de 2012. Les grands bouleversements politiques programmés par le pouvoir à l’encontre de nos territoires, vont nous obliger à serrer les coudes et les dents. Le Gouvernement a déjà commencé à faire payer la facture de sa politique aux citoyens et aux territoires ruraux et urbains les plus modestes. En Saône-et-Loire, la suppression délirante des tribunaux, la fin autoritaire des gardes de nuit des médecins, la reprise de la fermeture en série des
bureaux de poste, la fin programmée des sous-préfectures, ne sont qu’un léger hors d’œuvre à côté de ce qui attend nos populations. La fin de l’Allocation Personnalisée à l’Autonomie et l’intervention des assurances privées dans le financement de la dépendance, à l’image de l’explosion des franchises médicales, a d’ores et déjà été annoncée. C’est dans nos grandes collectivités locales qu’il faudra imaginer des politiques créatives et crédibles sur notre territoire de Saône-et-Loire, à la fois sociales et modernes, tout en économisant l’argent public et rénovant la démocratie locale. Nous préparerons ainsi sur notre terrain la révolution écologique, nous investirons dans l’économie du futur et travaillerons à améliorer la courbe démographique.
En 2012, la gauche aura été pendant dix longues années dans l’opposition. Aucun de ma génération, en âge de diriger la destinée de notre pays, n’aura été Ministre en raison de l’obstination du Parti socialiste à se méfier de sa jeunesse. Pour ma part, j’aurai 49 ans et accumulé quinze années de vie publique, après huit années de vie professionnelle. On me demandera alors des preuves de ce que j’aurai fait et concrètement assumé. Il ne sera pas possible d’avoir exclusivement vécu dans l’exercice tribunicien pur, au sein d’une Assemblée nationale émasculée par le sarkozysme. Pour se préparer aux grandes échéances, il vaut mieux avoir déjà mis les mains dans le moteur.
S’agit-il d’un renoncement au mandat unique ? Ce serait bien mal me connaître ! J’ai pratiqué avec conviction pendant dix ans contre les vents et les marées, le mandat unique. C’était un outil de promotion de la Vième République, visant à transformer l’ensemble du système politique. Ces idées n’ont cessé de progresser à gauche, Ségolène Royal ayant eu la juste audace d’installer la VIème République dans la campagne présidentielle. Elles ont aujourd’hui gagné la gauche, le parti socialiste ayant inscrit dans ses
contre-propositions le mandat unique. La droite, quant à elle, théorise et favorise tout le contraire et s’apprête à enterrer toute réforme faisant progresser la limitation du cumul des mandats. La commission Balladur n’a pas même proposé le mandat unique, mais le cumul possible d’un mandat local avec celui de parlementaire. La bataille sur les idées institutionnelles est donc gagnée à gauche, mais ce qui manque pour les faire triompher, c’est de gagner la bataille politique sur la droite.
Pour reprendre le pouvoir au clan sarkozyste, il vaut mieux s’aguerrir, s’y préparer et montrer ses capacités alternatives ; ce genre de démonstration doit être aujourd’hui prioritaire sur toute autre attitude exemplaire, de surcroît isolée et personnelle. Car parmi les innombrables citoyens qui m’ont demandé affectueusement de m’en tenir à ma position de non cumul, aucune ne m’a dit à quoi servirait, dans la nouvelle et dangereuse configuration politique, de maintenir une pratique solitaire en milieu hostile, sachant que la droite a fait de moi la cible obsessionnelle de sa haine, cherchant tous les moyens même
contestables pour m’abattre.On me dit « protège ta crédibilité ». Mais ce sera l’absence de crédibilité
de n’avoir mené aucune expérience de politique publique qui me sera reprochée. On me dit « tu seras comme les autres », mais vaut-il mieux cultiver une singularité inutile, ou organiser avec méthode la victoire collective ?
Voilà les raisons qui me conduisent à me porter candidat dans le canton de Montret. Bien sûr, la question de la présidence du Conseil général est prématurée. Je n’ai pas l’habitude de considérer les élections faites avant les élections. Il faut déjà que les citoyens choisissent nos candidats et nous redonnent une majorité. Il sera bien temps alors de prendre la juste décision, notamment au vu de l’agenda national de la reconstruction de la gauche.
Si j’avais voulu vous dire que j’arrête le combat, dans une sorte de longue agonie esthétique ou la posture était magnifique et la mort certaine, je vous aurais dit « je ne me présente pas à Montret ». Mais j’ai préféré vous dire que je me présente à Montret, parce que dans ma tête, c’est la lutte pour la reconquête collective du pouvoir par la gauche qui commence. J’en prends les moyens et les risques.
Cette lutte finira inéluctablement par le retour de la gauche au pouvoir et soyez en certain, l’établissement de la VIème République Française.
Bien fidèlement à vous.
Arnaud MONTEBOURG

Publié dans ACTUALITES

Commenter cet article

christine RS21 21/12/2007 17:10

Merci Frédéric pour les mauvaises nouvelles ! :-)Ca ferait l'objet d'un super article sur le blog ça, pour le porter à la connaissance du plus grand nombre !! Et c'est toujours contre ce genre de socialistes là qu'on continue le combat à l'intérieur du PS. Il est vrai qu'il y a fort à faire et que c'est épuisant....

Frédéric 21/12/2007 15:53

@ ChristineTu disais qu'on voyait de tout dans ce parti ? En voilà encore un exemple. La commission de conflits du PS vient de sanctionner deux militants (et pas des moindres) du PS martiniquais pour homophobie :   Raymond Occolier, conseiller régional et maire du Vauclin, avait déclaré : « Si un jour on instaure le mariage homosexuel, je préférerais démissionner du poste de maire plutôt que de célébrer un mariage homosexuel », en ajoutant « Dans la Bible, Dieu dit que c’est une abomination. »… Et dire que ce type là est délégué national à l’éducation et à la mémoire. Marlène Lanoix, première secrétaire fédérale, avait, elle, écrit que le Pacs était une « dérive de société décadente » et appelait « à descendre dans la rue pour crier sa désapprobation au mariage homosexuel ». Courageuse, impitoyable, la commission nationale des conflits, deux ans après les faits, s’est enfin prononcée. Un blâme. Rien d’autre. Occolier est toujours délégué national et Lanoix toujours Première fédérale. Tous les deux restent membres du PS. Quand est-ce que ce parti se décidera enfin à être de gauche ?

christine RS21 19/12/2007 16:08

@Yvette : bien d'accord avec toi !

Yvette 19/12/2007 13:18

    Pour moi, je sais depuis une certaine lettre de juillet 2006 que ce personnage n'est pas digne de confiance. L'argumentaire est d'ailleurs du même tonneau. Apparemment les territoires où il pense pouvoir encore exercer sa séduction ce sont réduits considérablement. Il ne m'intéresse plus si ce n'est qu'il contribue encore à déconsidérer l'action politique malheureusement à la mesure de la force qu'en d'autres temps il avait mis à la promouvoir.

Thomas Rudolf 18/12/2007 21:32

Accord spécifique supplémantaire pour les conducteurs allemands de trains: article completLa Convention collective de base (Manteltarif = litt. tarif menteau) avait déjà instauré il y a trois semaines l'augmentation d'au moins 10% du salaire pour tout le personnel du rail et de 4,5% de leurs HS sans allongement du temps de travail.   Depuis le 15 XII 2007 s'ajoute avant le 24 XII 2007 à cette convention collective un versement de 600 à 800 euros pour chaque conducteur de train. Puis s'ajoute maintenant en plus pour les conducteurs de trains une convention collective spécifique.A partir d'avril 2008 leur salaire est augmenté de 5,2% (en plus des 10% valables pour tout le personnel du rail), puis à chaque fois de 2,5% à la même date en 2009 et de 2,5% en 2010. En trois ans le salaire des conducteurs de trains aura augmenté d'au moins 20,2% sans compter les HS qui en tout auront augmenté de 4,5% (pour tous) + 2,5% soit de 7% au total... sans allongement du temps de travailEn France on carmagnole sur le Tarmac ou à Versaille, en Allemagne on pratique la lutte des classes dans les bureaux de la Négociation, de la Mitbestimmung (codécision) et du système paritaire rhénan.Tout n'est pas rose. La mise dans le secteur marchand de la Poste (privatisation AGCS) a rendu la concurrence si déloyale et déprédatrice entre des délivreurs de courriers payés à la pièce et employés par des entreprises privées, que la légendaire organisation syndicale allemande ne peut plus exister entre un personnel uniquement nouveau, précaire et du flex-time et sans culture d'entreprise, si bien qu'un SMIC a été instauré dans ce secteur de rue tout comme dans le bâtiment pour les catégories les plus fragiles et totalement inqualifiées venant des Pays baltes et de l'Ukraine.