BONNE ANNEE AUX INSTANCES NATIONALES DU PS !

Publié le par RS21

poing-sur-la-table.jpg

 




Autant bien commencer l'année sur de bonnes résolutions et jouer franc-jeu !! 
Voici donc, ci-dessous, la première missive adressée en ce début d'année nouvelle, aux Instances du Parti socialiste, missive rédigée par les camarades de la section PS à laquelle j'appartiens (histoire de se mettre en jambes... elle commence pas mal, cette année 2008 !)

Parti socialiste
A l’attention des instances nationales
10 rue de Solférino
75333 Paris cedex 07

CAMARADES SOCIALISTES, REVEILLEZ-VOUS DONC ! 

Les adhérents de la section du PS de....... (21)  voudraient vous interpeller, car depuis quelques mois déjà, si le corps du PS semble encore vivant, la tête donne l'impression, soit d'être endormie, soit de regarder pudiquement ailleurs. Quand allez vous enfin repartir au combat  ? Nous désirons vous dire que nous en avons assez de votre assourdissant silence.
Depuis quelques mois nous avons tout connu : ceux qui pour un plat de lentilles ont vendu leur âme, ceux qui n'en finissent pas de régler son compte à Ségolène Royal, ceux qui veulent être calife à la place du calife, ceux qui préfèrent donner leur opinion sans même aligner leur combat sur celui de leurs camarades etc.....Et pendant ce temps-là, les magouilleurs d' EADS peuvent continuer de magouiller en rond, les fachos peuvent être satisfaits de l'arrivée du test ADN, les SDF peuvent dormir dans la rue et les expulsions accompagnées de la plus grande brutalité peuvent avoir lieu dans la France des Droits de l'Homme et du XXIe siècle !!!... Et que dire des 172 % d'augmentation de Nicolas Sarkozy, ainsi que de ses vacances de milliardaire.
Nous pouvons tous nous serrer la ceinture de 10 crans, notre Président va bien et comme aurait dit Molière "le pauvre homme " ! De toute façon c'est une chose entendue : le plus socialiste d'entre nous, c'est lui !!!!
Que dire du traité européen que vous allez laisser adopter en douce sans consulter le peuple souverain ?
Réveillez-vous camarades, car si cela continue nous allons, nous aussi, lever le pied, jusqu'après les élections. Nous allons, nous aussi abandonner la lutte. Croyez-vous que cela sera facile pour nous d'aller "tirer les sonnettes" et  dire aux gens "nous vous apportons la bonne parole de gauche". "Elle est où la gauche ?" vont-ils nous répondre. Et s'ils ne nous croyaient  plus  ?
Alors nous aimerions vous proposer un plan d'attaque : il en reste des batailles à mener et à gagner, ailleurs  que dans votre gentil parisianisme !!! Venez voir la misère sociale et intellectuelle et après, vous trouverez peut-être les mots pour dire ce qu'est la gauche, une vraie gauche. Si vous ne vous réveillez pas, demain nous, militants, ne serons plus là et vous pourrez alors constater qu'un cerveau sans  corps est voué à une mort très rapide.
Camarades, c'est parce que nous croyons fermement aux valeurs du socialisme, aux valeurs de gauche que nous vous demandons de ne pas nous oublier, de nous écouter, de devenir plus crédibles et de vous réveiller !

Amitiés socialistes.
Les militant(e)s socialistes de la section de..........

Commenter cet article

Christine RS21 03/01/2008 10:46

@Thomas : merci de m'encourager !@Daniel : merci d'avoir joint cette lettre. J'ose espérer que les sections sont nombreuses à avoir envoyer leur désaprobation à la Direction du PS. Si elles ne l'ont pas encore fait, qu'elles le fassent, et vite !  La section à laquelle j'appartiens enverra une autre lettre très vite pour demander le référendum.  Il faut enfoncer le clou, ne jamais lâcher...

brigetoun 03/01/2008 10:05

pas mal ici aussi - mai je dois avouer que j'ai baissé les bras

daniel vailleau 03/01/2008 09:58

Bonjour chère camarade de Bourgogne,Pour aller dans le même sens, tu trouveras, ci-dessous, le texte adressé par notre section à notre premier fédéral de Charente-Maritime  en novembre dernier (nous attendons encore la réponse).  Les camarades de la section, réunis le 9 novembre 2007, ont exprimé des réserves, voire des critiques sur le fonctionnement interne du Parti Socialiste. En définitive le sentiment qui prévaut est celui d’être cantonné, le plus souvent, dans un rôle de spectateur plus que d’acteur (sauf en période électorale) de la vie du Parti. Cette question de la place des sections dans la rénovation et l’évolution du Parti ne leur semble pas secondaire mais au contraire centrale.  L’essentiel des observations, propositions, orientations souhaitées peut s’exprimer en dix points. Il faut que le Parti Socialiste : prenne en compte sa base dès lors qu’elle s’exprime de façon construite, plurielle et qu’elle est capable de dégager une expression majoritaire ;accompagne de façon claire les mouvements sociaux et les soutiennent activement ;abandonne le système des courants, système caduque et contre productif aboutissant à des synthèses souvent stériles ;cesse de donner aux militants et aux Français des échos du fonctionnement du Bureau National assez désastreux ;permette aux militants de la base de s’exprimer, de se confronter, de se nourrir d’idées, de construire des convictions et leurs propres choix même sur des questions très techniques et très pointues ;cesse de participer à la démotivation de militants de plus en plus nombreux qui attendent des motifs solides de combat politique et de mobilisation ;se mette, par le biais de ses sections de militants en prise directe avec les attentes de la société telles qu’elles s’expriment dans les milieux professionnels, syndicats, associatifs,… où ils évoluent ;fasse que ses fédérations soient de véritables animateurs, coordinateurs, médiateurs de la vie des sections que ces fédérations doivent prendre en compte et dynamiser (en organisant par exemple des rencontres entre sections) ;mette les Français et les problèmes qu’ils rencontrent au quotidien, au centre de ses préoccupations et notamment celles de ses grands dirigeants ;organise des assises départementales de ses sections au cours desquelles seront notamment traitées ces questions d’organisation interne et de contribution des sections à la vie démocratique du Parti. Le 9 novembre 2007 

Thomas Rudolf 03/01/2008 08:30

A Christine, par exemple, je souhaite une victoire de son équipe aux municipales et je suis sûr que ce sera une vraie victoire, par choix de ses électeurs pour la Gauche et non pas par élimination du sarkopathe et de ses boys et de leurs multiples déclinaisons de leurs aéropages.   Pour 2008, il y aura effectivement des victoires aux M comme il y en avait aux dernières R, et c'est le pire qui pourra justement arriver au Ps, car il va recommencer comme en 2002 à surfer sur son mascaret privé, croyant qu'il est déclenché par lui et pour lui.   Le Ps a malheureusement besoin d'une défaite complète pour se souvenir qu'il doit être à gauche au service au public et aux petites-gens. Je souhaite donc au Ps, avant le Congrès de la 1ère Commémoration de sa mort, la défaite la plus cinglante de son histoire.   C'est d'autant plus vrai qu'en Allemagne, die Linke, que je ne respectais pas au début, car Oscar Lafontaine (du milieux roxy et sulfureux) était le Montebourg allemand. Mais Oscar préférait directement aller aux putes, beaucoup lui en avait chau. Pourtant tous les journaux allemands de tout l'évantail parlent déjà de la historische Korrektur nach (après) der neoliberalen Phase qui va avoir lieu dès les prochaines élections. Pour l'Allemagne la phase douloureuse et coûteuse de la réunification se termine, on arrête du côté des travailleurs de se serrer la ceinture, et les revendications à deux chiffres, toutes honorées le prouvent. Seul le SPS, aussi veule, crétin et pusillanime que le Ps français milite pour le Smic, généralisé, ce qui est populiste et met sous tutelle administrative la Tarifautonomie et ce qui va bloquer vers le bas les salaires.

fmds21 03/01/2008 07:55

Eh bien Christine tu démarres fort très fort 2008. Comme tu as raison ils ont inversé ce qui reste du fonctionnement de leur cerveau pour ne regarder qu’à droite et ne penser que comme les libéraux. Le point d’orgue de cette démission permanente viendra avec l’acceptation de la modification de la constitution pour retirer au peuple le droit de se prononcer sur le TME. Ce sera le coup de grâce de ce que représente le socialisme en France. On peut dire sans se tromper que cette génération aura enterrée le socialisme, en abandonnant les salariés de notre pays pour satisfaire les intérêts du capitalisme financier. Alain