HOMMAGE : ALEXANDRA KOLLONTOI

Publié le par RS21



Aplomb, intelligence, goût de la vie: Alexandra Kollontai refuse à 17 ans un mariage de convenance, quitte sa famille, et épouse trois ans plus tard un jeune officier de jolie tournure, qu'elle quitte lorsqu'elle ne l'aime plus, donc assez vite. Elle vit à Berlin, Paris, Genève, en Italie, rencontre Plekhanov, Lénine, Rosa Luxemburg Karl Liebnekt Clara Zetkin, Kautsky, Paul Lafargue,,,la fine fleur de la révolution en marche! Rentrée en Russie en 1905 elle révèle ses talents d’oratrice révolutionnaire et féministe et en 1907 participe à la prise du Palais d’Hiver, un pur moment de plaisir. Déjà, on lui reproche de n'être ni pauvre, ni moche.


En 1910, au 2e congrès de l’Internationale à Copenhague, elle représente les ouvrières du textile de Saint Pétersbourg. C’est là qu'est adoptée la décision de fêter chaque 8 mars, la Journée internationale des femmes. Méprisant « les dogmes vétustes de la morale bourgeoise hypocrite », dans ses écrits comme dans sa vie, elle assume avec bonheur ses liaisons amoureuses, choquant Lénine, entre autres. Elle investit tous les terrains , sur le plan international, pour donner crédibilité à la révolution bolchevique.


Multipliant avec succès conférences et meetings, elle revient en Russie en mars 1917; seule femme au comité central bolchevik, elle se prononce pour l’insurrection d’Octobre. L'action des femmes et de Kollontaï, Commissaire du peuple à l’Assistance publique, permet d'obtenir le droit de vote et d'être élues, le droit au divorce, l'accès à l'éducation, un salaire égal à celui des hommes, des congés maternité. Elle fait aussi adopter le mariage civil, l’égalité entre enfants légitimes et naturels, le droit à l'avortement (obtenu en 1920, il sera supprimé en 1936 par Staline).


Elle dénonce bien avant Trotsky les dérives bureaucratiques et lors du Xe congrès elle signe une contestation de la ligne de la direction du Parti et défend le droit aux tendances. Alors qu éclate la mutinerie de Kronstadt, suivie de la répression, tous les bureaucrates veulent la faire taire. Elle met un peu ses idées «subversives» sous le boisseau par esprit de discipline, mais au XIe congrès bolchevique la scission est consommée: l’instauration de la NEP par Lénine constitue le seuil de rupture. Minoritaire, elle continue à dire ce qu'elle veut: c'est ça, le vrai luxe en politique.
Au banc de l’appareil du Parti dont elle critique le fonctionnement et les concessions bourgeoises, elle est attaquée en tant que femme: les journaux de l’époque l'appellent la «scandaleuse», l’«immorale», Elle fait vaillamment front mais quand, représentante du Comité Central Exécutif des Conseils des Députés des Soldats, Ouvriers et Paysans, elle se rend aux Etats-Unis, ils commentent ainsi son départ: «La Kollontaïnette part pour l’étranger ; si ça pouvait être pour toujours!» Sa réputation «sulfureuse» et utilisée pour la discréditer. Parce que les enflures dans la presse, ça ne date pas d'hier: ceux qui n'ont pas de conscience ont besoin de la «morale» et placent souvent cette dernière dans les petites culottes des femmes.

 

Alexandra, fière et sûre d'elle, défend l’amour libre, refuse la famille traditionnelle, agaçant toujours le vieux Lénine, et bien d'autres. Ralliant la minorité de l’ « Opposition ouvrière » au sein du parti bolchevik, elle continue activement à la propagande révolutionnaire .

 En 1922, première femme à occuper un poste de diplomate, elle représente la Russie soviétique en Norvège. Membre honoraire de la « British Society for Sex Psychology », elle écrit notamment Le Mode de vie et la morale prolétarienne. Après une mission au Mexique, elle redevient en 1927 ambassadeur d’URSS en Norvège puis en Suède. Avec son expérience politique et sa connaissance des turpitudes masculines, manoeuvrant avec intelligence, elle échappe même aux purges

staliniennes. Bravo l'artiste!


Merci à Joëlle LOSSON, auteure de cet article, de m'avoir autorisée à le publier

Publié dans ACTUALITES

Commenter cet article

Christine 10/03/2009 12:58

Michel, tu m'étonnes ...... !!!!!

Michel GROS 10/03/2009 11:18

Les textes d'Alexandra Kollontaï ont été publiés notamment par la revue "Socialisme et Barbarie". Aujourd'hui elle serait sans aucun doute membre du NPA.

enzo d'aviolo 09/03/2009 21:19

apparemment son vrai nom est Kollontaï (nom marital) mais je ne suis pas spécialiste du russe!

enzo d'aviolo 09/03/2009 21:11

inconnue pour moi aussi, il y a vraiment des prrsonnages qui méritent la lumière, tant ils étaient en avance sur leur temps, trop peut-être pour avoir eu une reconnaissance suffisante. merci xtine.

jeannine 09/03/2009 16:15

pour moi aussi...