PROFS EN COLERE

Publié le par RS21

Entre 1/3 et la moitié des professeurs du secondaire, ont fait grève hier à l'appel de la quasi-totalité des syndicats (une unité syndicale jamais vue depuis 1998 !).

Ils demandent  le retrait pur et simple d'un projet de décret modifiant leur temps de service et permettant à un prof. d'être affecté sur plusieurs établissements et d’enseigner deux  matières différentes sous certaines conditions (en d’autres termes bivalence imposée). L’objectif de ce texte  étant,  selon eux, « de supprimer des postes dans le cadre d'une logique budgétaire qui a déjà conduit à une dégradation sans précédent des enseignements de second degré ». Et oui, tout ça, histoire d’économiser encore 3000 postes ! Eh les copains profs ! un conseil  : arrêtez de passer des CAPES d'Anglais pour enseigner l'espagnol !

L’Education Nationale est sinistrée et la solution « miracle » de l’actuelle majorité est de lui retirer toujours plus de moyens ! Elle a plutôt besoin d'une grande réforme en profondeur et non pas de mesures débiles qui ne font qu'affaiblir le sytème éducatif.

Les profs, par leur mobilisation, lancent aussi un avertissement probable à la camarade Ségolène qui a dans ses cartons la fameuse idée des 35 heures. Alors attention au syndrome Allègre qui s’est traduit la dernière fois par une rupture de confiance et une sanction par les urnes !

Une femme avertie en vaut deux !

Publié dans RENOVATION SOCIALISTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

brigetoun 19/12/2006 19:13

pour le moment le problème c'est Robien, et l'engagement à prendre de revenir sur ses idioties

thomas rudolf 19/12/2006 18:26

il débat, il milite, entend tout, n'écoutre rien, il participe passé

Marsipulami 19/12/2006 18:20

Caractéristique des faux procés fait à Ségolène...l'état de la laicité en France est juste le fruit de la succession des gouvernements de droite et de gauche !
Etonnant aussi toute cette agitation..alors qu'il n'y a jamais eu si peu de fidéles dans les églises et que l'on ne peut pas dire que le pouvoir religieux..exerce vraiment un lobbying puissant sur nos politiques.
Sur l'Alsace Moselle..tout le monde connait leurs lois spécifiques issus du protestantisme, de l'histoire (avec l'allemagne)..par exemple dans le domaine de la faillite individuelle (totalement unique en France), faut il maintenant tout changer et tout uniformiser avec le reste de la France ? Sur quelles bases ?
Pas de soucis pour les cierges, curieux ce feeling de toujours vouloir créer plus d'impots..de taxes...il ne doit pas y en avoir assez, enfin la droite veut créer l'impot à la source..quel progrès, ça change vraiment tout si l'on maintient l'imposition à un degré tellement élevé !
Jean
 

une plume 19/12/2006 17:42

le commentaire n° 4 m'intérêsse beaucoup; Question posée avec pertinence, et thême à creuser.
On peut se demander avec tous ces droits de la famille (concept à redéfinir!) à éduquer et instruire in domo le rejeton, on ne peut pas aller, par exempledans un château, jusqu'à demander à l'Etat des subventions pour entretenir gouvernante, maitre équestre, professeurs de langue d'origine contrôlée, etc..., comme dans le bon vieux temps ...
une plume peu pédagogique

Christophe Moreau 19/12/2006 17:17

QUE PROPOSE SEGOLENE ROYALE SUR CES POINTS PRÉCIS? cONTINUERA-T-ELLE A FAIRE CADEAU DE L´ARGENT DES CONTRIBUABLE DE CETTE FAÇON COMME LE FAIT LA DROITE?
 

9 décembre 2006 : réunis dans des États généraux de défense de la laïcité dans la grande salle de la Bourse du Travail à Paris, lieu symbolique de l’union de la classe ouvrière et de la démocratie républicaine, les représentants des libres penseurs et des laïques de tous les départements ont centralisé le fruit de la collecte de leurs enquêtes. Un constat s’impose :
 

La laïcité est bafouée !
 

Le résultat des enquêtes laïques est édifiant et consternant. L’État verse 8,2 milliards d’euros, les communes donnent 530 millions d’euros, les départements et régions subventionnent à hauteur de 499 millions d’euros l’enseignement privé essentiellement catholique, soit un total de 9,2 milliards détournés des fonds publics pour financer l’école de quelques-uns contre l’École de tous. Ceci représente le budget de plus de 200 000 postes (charges sociales comprises) volés à l’Éducation nationale avec tout le budget de fonctionnement et d’investissement y afférant.
 

Tous les domaines de la vie publique sont pillés pour financer les religions. 242 millions d’euros sont aussi détournés par le biais de dérogations fiscales avantageuses pour les cultes, pour les subventions des associations familialismes, par la compensation du régime de Sécurité Sociale des Cultes. Près de 100 millions d’euros sont versés indûment pour des travaux d’entretien n’incombant pas aux départements, communes et régions. Dans toute la France, le logement des 16 000 prêtres diocésains est financé par les collectivités territoriales pour un budget estimé à 54 millions d’euros.
 

Les statuts cléricaux d’exception d’Alsace Moselle et des TOM représentent une dépense indue antilaïque de plus de 72 millions d’euros. Plus de 2 000 prêtres sont financés sur les fonds publics pour enseigner la religion à l’École Publique. Voici ce que touche mensuellement un évêque en Alsace : 4 484,57 € (29 418, 8 F), un prêtre : 2 703,99 € (17 738,2 F), un pasteur dirigeant : 3 150 € (17 738,2 F), un Grand Rabbin : 2 916,07 € (19 129, 4F). Et ils sont des milliers à émarger sur le budget des fonds publics de l’État payé par les citoyens.
 

La circulaire dite de la Martinière (1966) permet aux associations cultuelles d’avoir des activités commerciales sonnantes et trébuchantes.
La Cathédrale Notre-dame
de Paris vend ainsi pour plus de deux millions d’euros de cierges chaque année sans acquitter toutes les taxes pour l’État. Manque à gagner pour les finances publiques : 660 000 euros !
 

Plus de 10 milliards volés à la République laïque !