MA E-LETTRE AU PERE NOEL

Publié le par RS21

Voici la e-lettre que j’ai déposée au pied du sapin hier soir tard, et que j’ai aussi envoyée par mail pour être plus sûre qu’il l'ait bien eue….Elle est un peu longue, et j’ai bien peur que le Père Noël ne prenne pas le temps de la lire tout de suite alors c’est ma commande pour 2007. Je m’y prends à l’avance : il a tellement de boulot !

Cher Père Noël,

L’usage est de te demander de ne jamais oublier nos souliers en ce soir de Noël. Et bien moi, vois-tu, je voulais juste te dire que je  n’ai besoin de rien. Je peux même te l’avouer, les fêtes qui ne sont plus que prétextes à ripailles, agapes et à dépenses inutiles me « gonflent » un peu !

Le sacré en a été évacué au profit du commerce, tout dégouline de bons sentiments, de lumières qui clignotent et de pubs racoleuses. La boîte aux lettres se remplit de prospectus et de catalogues papier glacé qui font la promotion d’objets chers et inutiles.

Depuis hier, ma famille s’est rassemblée et il faudrait vraiment avoir un cœur de pierre pour ne pas l’accueillir selon le rite et la priver du plaisir de déballer les cadeaux au pied du beau sapin décoré.

 

Je me posais la question, Père Noël : comment « une militante de gauche » fête-t-elle Noël ?

Réponse : pas de surprise, comme tout le monde ! Avec le sapin, les bougies, les paquets enrubannés, les cadeaux, le repas…. On est tout de même bien formatés.

Je disais donc que je n’avais besoin de rien. Plutôt gâtée par la vie, par mes amis, par ma famille….

Pour autant, Père Noël, je n’oublie pas le monde qui m’entoure et reste envahie de désespoir et de colère devant le spectacle qu’il m’offre.

Comment accepter le mensonge, le double langage, la trahison, la suffisance des élites, le règne sans partage de l’argent, les inégalités évidentes et la misère qui s’étale dans notre pays supposé prospère. Comment accepter les discours  de nos gouvernants lorsqu’ils parlent de « rupture tranquille » ou de « fracture sociale » ? Comment accepter que la République : Liberté, Egalité, Fraternité soit continuellement bafouée ? Comment encore supporter l’arrogance de ces politiques qui pour  polir leur image,  préparer leur avenir personnel,  flattent leur maître, dans l’espoir de conserver places et privilèges et d’en engranger de nouveaux ? ­Comment croire encore à ces hommes et femmes politiques tout à leurs intrigues de clans, leurs calculs boutiquiers, leurs stratégies de communicants, leurs alliances opportunistes ? Comment faire encore confiance à ces politiques  sans projet social qui masquent leur ralliement au capitalisme sous les défroques de Jaurès et ne fondent leur ambition que sur le retour de balancier qui les ramènera aux affaires ?

Quelles désillusions pour cette France qui va mal, où les files d’attente s’allongent devant les restos du coeur et les antennes de l’ ANPE, où les hôpitaux débordés crient misère, où les prisons implosent… Les Français souffrent, les haines montent, le mépris s’installe. Alors que les ténors de la gauche et de la droite ne pensent déjà plus qu’à la présidentielle, franchement, moi je te dis  Père Noël, on est mal barrés. Faudrait bien que tu fasses quelque chose.

Père Noël, pour conclure, je dois te parler du monde, qui est un vaste bourbier. On s’étripe sur tous les continents. Les conflits ethniques, tribaux, religieux, se multiplient partout, attisés par la rapacité capitaliste. Je ne te ferai même pas l’offense de te parler ici du conflit au Moyen-Orient qui s’éternise sans solution à l’horizon. Les famines  et les pandémies s’étendent. Les énergies fossiles s’épuisent, la terre s’asphyxie et étouffe. Il y a danger pour notre planète. Et tout le monde s’en fout totalement.

Je t’envoie quand même ma lettre, on sait jamais ? Repose toi bien d’ici Noël prochain, prends des forces, tu vas en avoir besoin. Et quand tu feras ta distribution, n’oublie pas de ne rien mettre dans mes souliers, je te l’ai déjà dit : je n’ai besoin de rien ! Mais préoccupe toi bien de  tout le reste !

Peut-être pourras-tu faire des miracles ? On ne sait jamais, j’espère…. Je te donne rendez-vous au prochain réveillon du grand débat démocratique.

Publié dans RENOVATION SOCIALISTE

Commenter cet article

les marques 27/12/2006 19:19

je voudrais juste signaler que la charte des enfants de don quichotte est à la signature en ligne ....à l'adresse que vous a donné marsupilami ...

Marsipulami 27/12/2006 00:53

Alors Christine..C'était comment ce Noel 2006..?
J'espère que tu n'as pas été trop de Montebourgeois, ni de Ségoléniens..ça c'est pour la boutade, mais pour l'essentiel..Noel a dû te faire du bien, petit break dans la folie de l'actualité..du stress..des courses du quotidien...et puis la joie de se retrouver en famille ou avec des proches !
Maintenant par contre..tu as dû manquer aux blogueurs rénovateurs, socialistes ou de gauche....
Bien à toi, Jean
 

christine RS21 27/12/2006 00:03

@ Daniel : oui 24 H d'absence,  c'est juste le temps qu'il faut pour aller à l'autre bout du monde !!

Lutin :0016: 26/12/2006 23:19

En tous j espere que les socialistes ne reviendront pas au pouvoir on va en chier avec les impots

Yvette Le Bouc-Hud'homme 26/12/2006 22:03

Ben oui Claudius tout va bien, sauf pour les SDF et pour moi dans une sécurité très relative (provisoire?) qui n'en peut plus d'être témoin tous les jours des dégats de la misère ou de la crainte pour ceux qui sont sur le bord. L'action des Enfants de Don Quichotte est généreuse et utile mais que propose t-on pour que le logement cesse d'être considéré comme une marchandise ordinaire, de plus en plus cher, inabordable pour ceux qui ont des petits salaires, très difficile d'accès pour les salaires  moyens (quand il n'y a qu'un seul salaire, quand tu n'as pas de garant...) On ne peut pas tout demander à la solidarité, il faut aussi agir sur cette horreur qui ferme l'accès au logement à des gens qui ont des salaires. ce n'est pas dans mes compétences de trouver les leviers pour en finir avec cette disproportion entre les loyers et les salaires. Il y en a surement parmi vous qui sont plus calés dans ce domaine.