LA SOUPE AU COCHON

Publié le par RS21

L’association « Solidarité des Français », identitaires d’extrême droite, a de nouveau décidé de distribuer sa soupe au cochon aux SDF. « Action sociale identitaire » comme se plaît à le préciser  Odile Bonnivard (ex membre du MNR mégrétiste), présidente de l’association :

« Nous avons décidé d’aider « les nôtres » avant « les autres. Ce ne sont que des légumes frais mélangés à du lard, des oreilles et des pieds de cochon. Cela donne un bol extrêmement consistant que nous agrémentons d’un verre de vin rouge et d’un dessert : gâteaux ou fruits, suivis d’un café. ».

Ben voyons !  porc + vin rouge rien de tel pour écarter ostensiblement les personnes de confessions musulmane et juive (entre autres).

Agiter le potage sous le nez de gens qui ont faim mais qui ne peuvent pas en manger, c’est une totale perversion. On est bien loin du « tous égaux dans la faim » !

Si encore cette action se revendiquait ouvertement d’une démarche laïque, on pourrait le comprendre, mais il s’agit bien là, d’une véritable insulte à la générosité et au partage. Cette soupe gauloise est discriminatoire, tout simplement parce que même amateur de porc, un SDF basané n’aurait que fort peu de chances de se faire servir, l’allure générale des militants suffisant généralement à dissuader les importuns...

Si cette association, (le coeur sur la main !!), distribuait sa soupe sans se soucier des média, dans l’unique souci d'aider son prochain, le fait que la soupe soit au lard ou à la carotte ne changerait rien à l’affaire ! N'en mangeraient que ceux qui le souhaiteraient...

Mais cette  soupe est un outil de propagande ! L’aspect provocation, dont l’objectif est bien de créer une brèche dans les médias au moment même ou Les Enfants de Don Quichote remettent le problème des sans abris au cœur du débat politique français, relève encore d’une vielle « recette » de l’extrême droite pour assurer sa visibilité. Agir pour le bien d’autrui en raison d’idéologies ou de croyances est une chose, le faire dans un esprit de prosélytisme en est une autre bien moins respectable. On peut d’ailleurs s’interroger sur la finalité d’une action de « solidarité » dans la mesure où elle est associée à un discours d’embrigadement politique et communautariste.

Petit rappel historique : les « soupes identitaires » ont commencé dans les années 30 avec le parti nazi qui en offrait uniquement aux « aryens ». En France, c’est le Parti Populaire Français, organisation fasciste de Jacques Doriot, qui faisait ces distributions. On a les références que l’on peut. Et que l’on veut.

NB : La préfecture de Paris a été condamnée pour avoir fait interdire la distribution de cette soupe populaire xénophobe et discriminatoire vendredi 22 décembre 2006. Le tribunal administratif de Paris considérant que ces soupes au cochon ne constituaient ni un trouble sérieux à l’ordre public, ni une discrimination avérée.

Peut-être légal ( ?) la soupe au cochon mais pas très humaniste.

Conclusion : Dis-moi ce que tu manges ou comment tu t’habilles, et je te dirai qui nous sommes.

De toute façon, l’incongruité majeure dans cette affaire, est que l’on doive encore servir des soupes populaires, avec ou sans porc en 2007 !!  

Publié dans ACTUALITES

Commenter cet article

enzo d'aviolo 04/01/2007 09:13

merci pour cette info! j'en reviens pas!
ils sont vraiment prêts à tout ces grands malades nazillons.