LE CIEL ROUGEOIE

Publié le par RS21

Revenant de Nantes, dans le train qui me ramène à Paris, après une journée de réunions. Terres inondées de printemps, fermes isolées. La campagne, pourtant si blanche à l'aube de ce matin, a verdi. Quelques ruminants solitaires y font repas paisible. Et puis le plafond se fait plus sombre, le ciel menace, chargé de cette pluie qui s'annonce et ne tombe jamais ou au contraire s'abat sans crier gare. Gare d'Angers, du Mans, la ligne s'égrène. Les toits d'ardoises défilent, s'effacent. De talus en fossés, le train qui joue à saute-ruisseau. Clôture après clôture, la Loire qui s'amenuise. Bientôt elle deviendra Seine. Scène de voyage ordinaire.

Mais déjà à l'ouest le ciel rougeoie, dans ce baroud d'honneur qu'il croit utile. Instinctif, je le sais, c'est là-bas que je voterai. Là où finit cette terre.

Etienne FILLOL

Commenter cet article

Thomas Rudolf 23/03/2007 12:23

Pour un strasbourgeois le TGV n'est que le symbole du mensonge français. Il n'arriverait chez nous, en alsace, qu'en 2014

brigetoun ou brigitte celerier 23/03/2007 08:15

Etienne tu sais que dans ta poésie et ce train il y a de l'espoir ?

brigetoun ou brigitte celerier 23/03/2007 08:14

Etienne tu sais que dans ta poésie e ce train il y a de l'espoir